Centre La Loba | Le travail social en action: Exprimer les talents qu’on a sous toutes ses formes
21559
post-template-default,single,single-post,postid-21559,single-format-gallery,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.5.2,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Le travail social en action: Exprimer les talents qu’on a sous toutes ses formes

Le travail social en action: Exprimer les talents qu’on a sous toutes ses formes

Le travail social en action

Les petits moments du quotidien

 

Voilà deux mois que je suis ici. Le temps passe très vite. Dans ce blog, j’ai décidé de vous faire part de mes réalisations du derniers mois. Chaque jour, je trouve une manière d’être inspirée par ce qui m’entoure. Contrairement à ce que certain peuvent penser, la vie a ses hauts et ses bas où que nous soyons dans le monde. C’est à nous de travailler nos perceptions de ce qui nous arrive et de faire en sorte que chaque journée soit extraordinaire. Du moins, c’est la philosophie que je travaille à avoir dans ma vie. Les choses simples peuvent nous émerveiller. L’autre jour, en terminant mon yoga le matin, je suis sortie dans le jardin pour aller ramasser mon linge qui séchait depuis la veille. En sortant, j’ai vu une superbe belle rose et le soleil rayonnait seulement sur cette rose; j’ai trouvé cela vraiment magique! Il y a aussi certains moments où je peux flatter la tortue qui se trouve dans notre jardin, car oui, nous avons une tortue qui vit dans le jardin ? Il m’arrive parfois de déjeuner en sa compagnie, en plus de la compagnie de (feu) moutons.

Mais encore, qu’est-ce que j’ai fait durant le dernier mois? Tout d’abord, je suis dans une phase d’explosion de créativité. J’ai toujours des idées sur le plan artistique et sur le plan de l’intervention. Ce qui me fait surtout beaucoup plaisir, c’est que je prends le temps de peindre, danser et faire de la musique. Dans mon petit carnet à dessin, je peins les paysages de la Bolivie et ce qui m’inspire dans le moment présent.

Alors voilà! Ma vie ici est remplie de ces petites surprises. Des fleurs dans le jardin qui m’émerveillent, au paysage magnifique de Copacabana.

 

Art visuel

Cette tortue représente la terre-mère. Elle a été créée avec du tissu des awayos. J’ai eu l’image de cette tortue à un moment donné avant de dormir, il a donc fallu que je lui donne vie. La légende de la création du monde autochtone a été créée sur le dos d’une tortue. Les quatre peuples sont représentés; le blanc, le noir, le jaune et le rouge. Ce qui est important pour moi, c’est aussi le mélange des peuples, d’où le métissage des couleurs sur le dos de la tortue. À l’intérieur de chaque peuple, il y a des mélanges. Nous ne sommes pas «pure race» comme des Labradors et le fait de l’être ne fait pas nécessairement de vous de meilleures personnes. Je suis métissée dans mes origines et c’est le cas de beaucoup d’individus. Le métissage est d’actualité et c’est une richesse. Je trouve parfois triste qu’il y ait encore des gens qui jugent la personne à la couleur de sa peau, sa physionomie ou au fait d’être ¼, ½ ou ¾ autochtone… L’identité culturelle se trouve dans le cœur, les valeurs et la pratique, pas dans le paraître et l’apparence. La création me permet de me reconnecter à mes racines. On referme la parenthèse! La tortue me rappelle, donc, de faire les choses avec patience et de faire confiance au voyage. La tortue ne fonctionne pas rapidement, mais arrive toujours à ses fins. Ce n’est pas l’arrivée ou le résultat qui est important, mais le chemin parcouru. C’est ce que la tortue m’enseigne.

 

Musique

J’apprends aussi de nouvelles chansons à la guitare. D’ailleurs, je remercie ma tribe de yoga, car grâce à vous, je joue à la guitare et chante «El rio esta fluyendo» ? C’est magnifique! Jouer de la guitare sur mon toit, c’est un plan pour que je me brûle au 3e degré, car le soleil est vraiment fort, mais bon! C’est tellement un beau lieu. J’apprends aussi à faire des duos avec Karina, une autre fille du Québec qui travaille avec moi au Wiñay. Guitare, ukulélé et nos deux voix : c’est super! Merci Karina!

 

Danse expression

J’ai aussi des moments pour pratiquer ma danse expression et, je vous le dis, avec le décor de la Bolivie, c’est magnifique. C’est très inspirant pour danser. Ce mois-ci, j’ai cinq chorégraphies à monter pour les groupes de danse et pour le carnaval. Je tente de faire des mix : danse expression, gumboot, danses bolivienne et autochtone. Je l’ai dit plus haut; le métissage est d’actualité et c’est une richesse!

Sur le plan artistique, tout roule bien. Les idées abondent, il y a un flow de créativité et je ne fais que suivre celui-ci. Prendre le temps d’écouter sa créativité est aussi le temps de s’écouter.

 

Les ateliers offerts

Ici, je donne mes premiers cours de yoga. Tout d’abord, jamais j’aurais pensé que je serais une professeure de yoga et deuxièmement, jamais j’aurais pensé que mes premiers cours de yoga seraient en espagnol! Sérieusement, tout un défi m’attendait, mais j’aime l’aventure! Voici des photos de mon premier cours de yoga donné à une vingtaine de personnes.

Juste avant le Vinyasa Flow (yoga), j’ai pu offrir un peu de théorie sur le yoga; quels sont les bénéfices de faire la pratique de yoga, qu’est-ce que le Vinyasa Flow, comment est construite une séance de yoga. L’atelier de yoga pour les intervenants des centres pour enfants de Sucre avait deux objectifs. Tout d’abord, il avait pour but d’enseigner et de faire vivre aux gens une manière de prendre soin de soi afin de pouvoir mieux donner dans notre travail. Nous ne pouvons pas donner ce que nous ne possédons pas et nous sommes des modèles pour les enfants. J’ai vu tant d’intervenants sociaux, d’animateurs ou psychologues brûlés par la vie, qui ne prennent pas soin d’eux et qui tentent de donner dans leur travail. Mais donner quoi? J’aimerais bien qu’un jour on me l’explique. Nous avons beau nous crêper les cheveux, nous mettre du rouge à lèvres; si nous ne prenons pas soin de nous en tant qu’intervenant, la personne devant nous va le ressentir et nous ne pourrons pas offrir le meilleur de nous-mêmes à celle-ci. Pour le yoga, donc, nous avons fait une pratique pour stimuler notre force intérieure et nous avons personnalisé cette force à travers un esprit animal. Le deuxième objectif était d’enseigner le yoga comme un outil pouvant être utilisé pour améliorer la concentration et le bien-être des enfants hyperactifs.

 

Le bâton de la parole et les habiletés de communication

J’ai réalisé un deuxième atelier pour les éducateurs sur le bâton de la parole et sur les habiletés de communication. J’ai créé mon bâton de la parole Bolivien en «gossant» ma branche d’arbre et en plaçant une ornementation qui me parlait. J’y ai ajouté des plumes de canard que j’avais amenées du Québec. L’objectif de présenter le bâton de la parole était d’amener un outil qui développe l’écoute active et permette à la personne qui parle de faire mûrir son idée avant de la partager. Cet outil favorise la sagesse dans notre discours et vient contrer la parole impulsive, soit le fait de réagir illico sur le coup de l’émotion, sans réfléchir, lorsqu’une personne dit quelque chose.

Les habiletés de communication ont été présentées pour développer notre capacité d’écoute pour ne pas toujours écouter avec la même habileté, afin d’avoir accès à plus d’information. Cet atelier avait pour objectif d’améliorer la communication dans l’équipe pour améliorer les relations dans un contexte interculturel, mieux se comprendre et favoriser la productivité au sein de l’équipe. Toutes ces connaissances sont transférables auprès des enfants, dans nos relations interpersonnelles et dans nos relations de travail.

Mes ateliers sont dynamiques, nous sommes beaucoup dans l’action et dans les jeux. J’utilise beaucoup les techniques d’impacts. Mon objectif est de faire vivre une expérience aux gens et passer de l’information au travers de celle-ci. C’est ma manière d’enseigner; la théorie en action. J’aime animer des groupes et utiliser ma créativité pour la conception de ces ateliers. Ma prochaine activité avec les éducateurs sera Mil palabras de amor pour la Saint-Valentin. Cet atelier abordera l’estime de soi. Pendant une semaine, nous allons écrire nos mots d’amour et de reconnaissance aux intervenants du Wiñay et chacun va faire connaissance avec une nouvelle personne via une entrevue Passeport. Ce sera ma manière d’aborder l’estime de soi, en renforçant l’estime de soi des éducateurs.

 

La danse des enfants pour le Carnaval

Avec Annick, une autre professeure de danse, j’ai eu le mandat de créer une danse pour les enfants. Le thème du carnaval est les technologies; la bonne et la mauvaise utilisation. J’ai donc créé une chorégraphie qui lie le gumboot avec des mouvements de danse Bolivienne. L’objectif de mes ateliers de danse avec Annick est que les jeunes apprennent à travailler le rythme, développent la communication avec la danse et l’esprit de groupe. Les enfants ont du plaisir et nous aussi!

 

Atelier de Land art avec les adolescents

J’ai participé à l’animation et l’élaboration d’un atelier de Land art avec Andréann et Nathalia (collègues du Wiñay). Les adolescents ont eu une heure en équipe pour créer une œuvre avec la nature. Les jeunes se sont montrés très créatifs et il y a beaucoup de talents entre eux. L’expression de leur culture est ressortie dans leurs œuvres au travers plusieurs symboles. Il était possible de percevoir plusieurs messages médiatiques dans les œuvres, ou encore des critiques sociales. Le groupe a autant utilisé des objets de la nature pour créer que des déchets laissés par les humains. L’objectif était de stimuler leurs cinq sens, de créer en harmonie avec la nature et de laisser sa trace sans détruire ce qui se trouve autour.

 

Atelier Proyecto de Vida

J’ai élaboré et co-animé, avec Pamela, un atelier sur nos projets de vie. Cet atelier avait pour but d’amener les jeunes à se visualiser dans le futur, à parler de leurs rêves et de leurs passions et de stimuler leur motivation à accomplir des projets qui les inspirent. Il y a eu de beaux partages de projets, de passions. C’était magnifique de voir le moment de création, où toutes les revues et journaux volaient dans tous les sens!

 

Ce que j’aime et le travail social en action

J’aime l’animation. J’aime transmettre le savoir. J’aime diriger et créer des projets. J’aime faire de l’intervention. L’intervention sociale se trouve dans les objectifs de mes ateliers. Derrière chaque atelier ou création, il y a un plan pour développer soit des habiletés interpersonnelles, sociales ou professionnelles. C’est là que se trouve mon rôle de travailleuse sociale. Mettre les activités, ateliers ou cours au service du développement personnel et social; c’est comme cela que je veille au fonctionnement social. D’où le travail social en action. Jusqu’à maintenant, je ne peux que dire : Merci le Wiñay! Malgré ses hauts et ses bas, merci de me permettre de mettre ma créativité en action au service de l’organisme et de me faire confiance dans les activités que je réalise. Dans le prochain article, je vous parlerai du Campamento qui a eu lieu avec les adolescents. C’est une belle aventure à raconter… ? À bientôt ! XxxX

 

Définition d’un travailleur social :

Évaluer le fonctionnement social, déterminer un plan d’intervention et en assurer la mise en œuvre ainsi que soutenir et rétablir le fonctionnement social de la personne en réciprocité avec son milieu dans le but de favoriser le développement optimal de l’être humain en interaction avec son environnement.

No Comments

Post a Comment